Vampire Knight Rpg v2
    Bienvenue au sein de l'Académie Cross ~
    Si tu es déjà parmi nous, connecte toi !
    Et si tu es nouveau, n'hésite pas à t'inscrire, nous t'attendons ♥️

Vampire Knight Rpg v2

La Version 2 du Forum Vampire Knight Rpg !
 

Partagez | 
 

 Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noctis Vincent Dehnoe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 03/04/2011

En savoir plus ?
Orientation sexuelle:
Liens et Affinitées ::
Infos additionnelles:

MessageSujet: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   Lun 29 Aoû - 5:01

« Maitre, vous croyez que la jeune fille que nous avions nourrit va bien ? »

Mais il ne peut pas se la fermer cet imbécile ? Il n’arrête pas de radoter depuis une semaine au sujet de la rouquine que nous avions tout deux nourrit. Il en devient insupportable. Il extravague, il élucubre …. Il divague ! A croire qu’elle lui a pris beaucoup trop de sang ! Sauvagement, comme pour lui rappeler que c’était tout de même un souvenir douloureux pour lui, enfin s’il avait une once de bon sens, je lui frappai la cuisse d’un coup de croquenot assez conséquent, à l’envergure de sa bêtise. Il devrait avoir l’habitude de mes réactions impulsive non ? Qui plus est, mes grosses chaussures en caoutchouc sont agrémenter de chaîne qui serait capable de rameuter un troupeau de buffle tellement les cliniquement entre les maillons sont bruyant, vous n’allez pas me dire que de se prendre des cous de pied avec des chaussures pareil font réellement du bien non ?! Et pourtant, il en rajoutait une petite couche chaque jour, comme s’il en redemandait ! Je serais capable de me demander s’il n’est pas masochiste cet abruti ! C’est répugnant, pourtant une image de lui entrain de me demander d’avantage de violence me traversa l’esprit … C’est hideux ! Il n’y était pour rien, mais cette imagination trop débordante m’agaçait, et je lui donnai plusieurs flanques de coup de latte par simple et pur plaisir sanguinaire !

Une fois fais, il se laissa glisser à terre, inerte. Bon sang, que ça fait du bien ! Ca fait longtemps que je ne m’étais pas défoulé de cette façon ! Mes sbires avaient beau m’appeler maitre et me fournir du sang, il me considérait également comme un SDF, donc de leur niveau. Mais je ne faisais pas parti de leurs rangs ! Ils l’oubliaient bien trop souvent à mon gout … Enfin, mon soulagement dura peu de temps : en voyant que je m’acharnais plus sur lui, il se redressa et se m’y à genoux, clignant légèrement des yeux, comme si j’allais l’assaillir une nouvelle fois de coups. Je n’avais pas que ça à faire. Mon cœur était adoucir, mais qu’en surface. Après, ça n’avait rien de calmant, de stimulant voir au pire, d’amusant. Pour qu’il cesse de me regarder avec ses yeux bouffi, je l’obligeai à baisser sa tête vers le sol en tapant derrière sa tête, et stimulant une pression sur son crâne un instant. Il avait compris, et ne m’adressa plus de regard, le temps que je change de pièce pour me retrouver dans mes appartements.

J’étais vraiment épuisé depuis cette nuit avec cette fameuse rouquine. Alors, au bord de l’épuisement, je me laissai tomber sur le matelas à même le sol, ne bougeant pas d’un poil. Un instant, je regardais le ciel étoilé à travers l’entrouverture sans verre ni volet, silencieux. Se soir, une très légère brume recouvrait le toit des maisons, surement du au changement de température avec la journée. Les étoiles célestes scintillaient doucement, semblant clignoter lorsque le brouillard leur passait devant. La nuit était calme. Mon cœur lui, était toujours en fusion. Doucement, j’entendis son ricanement limpide et cristallin à travers la roche dur et forte. Je redressai la tête légèrement vers le cadran de la porte. Encore cette forme phantomesque, ces cheveux corbeaux, c’est yeux intensément bleu, ces lèvres fruitées souriantes qui me suppliait de les embrassé. Je ne savais si je devais détourner les yeux devant sa beauté, ou la regarder en face pour réalisé enfin sa mort… Je décidai de plonger mon regard dans une rêverie éphémère, comme lorsque l’esprit est trop absorber par nos pensées pour faire réellement attention en l’environnement qui nous entour. Elle en profita pour avancer, ce qui me permis, à demi regard, de détaillé son visage si parfait. Se visage si blanc et pur, sans le moindre défaut de peau, se petit nez mutin qui part très légèrement en trompette, ces long cils qui dessine son regard si sombre et éthérée à la fois … Elle s’approcha encore. Elle posa sa main sur mon front. Cette main si fine, ces ongles coupés en griffe … Je me redressai un peu. J’avais tellement envie d’elle. De la prendre dans mes bras, de lui susurré les mots que je n’avais encore pu lui dire, la demander en épousailles, lui demander un hérité, l’enlacer dans mes bras toute la nuit, la protégé, la chérie … Comme avant. Ses lèvres s’approchèrent des miennes, ces lèvres si gourmandes qu’elles en étaient plus que désirable, cette bouche sucrée entrainant au mille et un plaisir, sa mâchoire si fine au trait précis et gracile dessiner dans un simple brin d’herbe, sa gorge tendu près de la mienne, appelant au baiser ardent … Ma bouche chaude, la sienne froide … Deux aimant qui s’attirent inévitablement … Je le sentirai presque. Cette douceur légèrement humide qui s’ouvre lentement à moi, m’appelant doucement vers elles …. Juste quelques micro centimètre pour toucher le paradis, juste quelques milliseconde pour qu’elle soit de nouveau mienne, appâter par le désir simple et concret de m’appartenir à jamais… Ses yeux doucement se dissimulent sous son épaisse masse de cils. Je le sens, elle est à moi, toute proche, presque à s’offrir dans une étreinte charnel, mais je n’ose pas la toucher, j’ai bien trop peur qu’elle s’évapore une nouvelle fois … Mes coudes sont toujours poser sur le matelas, maintenant le haut de mon corps en appuis. Se suis tout étourdis d’attendre une sentence aussi longue alors qu’elle est si proche, l’espace semble s’être élargit, elle semble si loin et si près à la fois …. Cette fichue règle de la relativité … J’aimerai tellement me confirmer qu’elle est là en gardant les yeux ouvert mais cette proximité… Je touche presque mon but, et pas gêne, je ne peux épier notre étreinte plus longtemps. Je la sens. Sa main glisse contre mon torse, glissant sur les boutons de ma chemise doucement, m’attisant vers son feu. Elle est là …. Ma dulcinée. Ma Pandora qui s’offre à moi, juste une fois de plus, juste un instant … Je n’ai jamais vu un homme être envoyer à la guillotine avec tant d’émotion. Je me sentais si calme, si bien … Elle était là, je sentais ses cheveux fouetter légèrement mon visage, je sentais son odeur si fleurit et sucrée… et bientôt, oui, bientôt, je sentirai sa langue s’immiscer entre mes lèvres, me minaudant, comme elle l’a toujours fais, et moi, bien trop maladroit pour de tel déclaration passionnelle, je me laisserais faire, comme toujours. Cette humaine était si séduisante. J’avais profité de mon pouvoir de vampire de class B pour lui donner l’état vampirique, et bien qu’il me fallait renouveler l’expérience tout les 3 jours, j’étais toujours dans une joie intense de lui offrir mon sang pour qu’elle reste à tout jamais mienne à mes cotés …. Et j’étais tellement flatter qu’elle m’est enfin choisit comme amant. Humaine, elle l’était encore, si je stoppais son sevrage … D’ailleurs je lui avais souvent proposé de le redevenir pour vivre pleinement sa vie d’humaine si elle se sentait mal auprès de moi … Mais elle souriait quand je disais ça … Elle n’était pas douce, et je ne l’étais pas non plus. On était vu comme des assassins sanguinaires sans morale…. Mais je sais qu’ensemble, dans l’intimité, on était les être les plus tendre et doux qu’il soit … En 64 ans de vie commun, nous n’avions jamais été tenté par l’union sexuel, tellement nous étions satisfait et en émois rien qu’en nous donnant des baisers. Nous étions de simples tourtereaux pendant toute ces années … Rien que sentir ses lèvres si proche des miennes me donne des frissons d’extase, comment pouvions-nous n’être encore que des enfants ? Les humains, éphémère eux, ne pouvait certainement pas jouir de cette patience et de cette douceur continuel… Ils devaient penser à la descendance dans leurs petits esprits immatures… Mais elle… Pandora … Jamais je ne pourrais me servir d’elle pour simplement me stimuler ou jouir comme un mal propre. Cette perfection même, elle est presque une divinité à mes yeux. Et chacun de ses regards me rempli d’extase. Savoir qu’elle ne veut que moi me rend ampli de joie et je sens une chaleur inexpliquée dans ma poitrine. C’est ça, l’amour. Notre amour.

Mais soudain, l’air froid qu’elle dégage ne se rependait plus sur mon corps. En ouvrant les yeux, elle avait disparu…

Je ne peux plus vivre cette situation … C’est si cruelle … de l’avoir pour moi, d’être pour elle, mais de ne pourvoir se toucher et s’aimer comme avant … Je me serais presque laisser aller aux larmes, mais je ne devais pas céder à la souffrance et la douleur … Me relevant doucement, une larme coula timidement du coin de mon œil. Rapidement, je l’essuyai avec la manche de ma chemise. Ce n’était pas digne de moi, et je ne devais montrer ça à Pandora, car maintenant, je suis persuader qu’elle est encore là. Depuis que j’avais découvert l’hybride, j’avais décidé de parler à son spectre, et je pressentais que ce n’étais pas une illusion de mon esprit, à moins que mon jugement en soi une, d’illusion … Je m’en fichais. Je la voulais pour moi, et cette image qui me suivait, me permettait de croire encore qu’elle n’était pas loin de mon étreinte, et moi de son sein ….

Je remonta légèrement mon pantalon noir qui glissait négligemment sur ma taille, pris une veste de cuir et décida pleinement de prendre l’air sans en informer les SDF. De toute façon, je leur étais inutile pour planer depuis une semaine. J’avais perdu l’appétit, et même si j’avais décidé d’enfin reprendre légèrement soin de moi en me coupant les cheveux au niveau de la nuque et en me rasant, mon teint trop blafard et mes cernes laissait supposer que je ne m’alimentais plus. De toute façon, j’étais voué à mourir. C’était qu’ainsi que je pouvais sentir une nouvelle fois les lèvres de ma douce, sinon … Je vivrai éternellement cette frustration …

Je n’avais pas l’intention de tuer aujourd’hui, juste de marcher. Je savais qu’elle viendrait bientôt se pendre à mon cou, et je la serrais contre moi en lui murmurant des mots d’amour au creux de l’oreille. Ca n’a rien à voir avec l’image qu’on se fait de l’hérité Dehnoe n’est-ce pas ?

Pourtant, c’était ainsi que j’étais. Mais qu’avec elle. Les autres ne méritaient même pas un regard de ma part. Elle, c’était ma déesse, ma raison de vivre, mon éclat dans le destin sombre de ma lignée, ma raison de vivre, ma raison d’avancer, ma raison d’exister … Mais j’avais perdu cette somptueuse raison que je ne devais pas mérité… Voilà qu’elle vient comme prévu, me prendre par la taille et marcher avec moi à l’unisson. J’aurai certainement du lui demander pourquoi elle était là, si c’était mon imagination ou si elle était la vrai. Mais mon mutisme et mon dédain pendants tous ces mois m’avait terriblement fait souffrir. Si son esprit hantait vraiment la terre, et qu’elle allait éventuellement disparaitre, je ne voulais pas perdre mon temps avec elle inutilement … Essayant à deux fois de glisser ma mains derrière son dos pour l’attirer plus puissamment contre moi en exerçant une pression douce et quémande sur ses lombaires, je ne faisais que la traversé. Rageant contre moi-même, se serra la mâchoire violemment, mais Pandora effleura doucement ma joue pour m’inviter tendrement à la délicatesse. Je me laissa prié, et comme l’amoureux transi que j’étais, je me contenta de la regarder dans les yeux, persuader que le monde autour n’existait plus, ne regardant même pas si je posais pied à terre...

J’aurai aimé disparaitre dans son souffle si vide d’air …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Watanabe
Bibliothécaire && Hunter ♣
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 23

En savoir plus ?
Orientation sexuelle: Hétérosexuel
Liens et Affinitées ::
Infos additionnelles:

MessageSujet: Re: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   Mer 21 Déc - 20:09

    Juliet s’étira longuement, regardant les étoiles avec un petit soupir soulagé. Voilà trois jours que toute cette histoire était terminée. Qu’elle pouvait à nouveau respirer sans sentir la bouffée délirante de la soif la submerger. Tout ça à cause de ce vampire, ce stupide vampire arrogant qui avait cru bon de lui faire boire du sang humain. N’aurait-il pas pu partir sans rien faire ? Cela aurait été mieux pour tout le monde. Elle n’aurait pas vécu plusieurs jours en enfer, et elle n’aurait pas failli précipiter un ami cher dans sa chute.
    Même si elle avait réussi à s’en sortir, son corps demeurait maigre des nombreux kilos perdus. Déjà fine à son entrée dans le cauchemar, ses os étaient devenus plus saillants, comme si seule la peau s’accrochait désespérément à son corps décharné. Elle reprenait le travail le lendemain, et espérait bien arriver à faire suffisamment semblant pour que personne ne se doute de rien, bien qu’elle sache pertinemment que le directeur connaissait parfaitement les jours qu’elle venait d’endurer.

    Qu’importe, elle s’en était sortie, et sans faire de morts, même si deux humains avaient servi de garde-manger par sa faute. L’un des deux n’en garderait aucun souvenir, et l’autre avait eu l’air de très bien se satisfaire de sa condition. Juliet pouvait reprendre une vie normale, sachant que ces idiots de Hunters ne remarqueraient même pas son absence d’une semaine. Ils avaient une propension absolument fascinante à refuser de voir que certains de leurs effectifs n’étaient tout bonnement que ce qu’ils chassaient : des vampires. Comme s’ils refusaient l’évidence de manière spectaculaire. Chose qui avait toujours fait rire Juliet.

    Pour la première fois depuis plusieurs jours, elle eut envie de sortir, prendre l’air. La nuit avait un pouvoir magique sur la jeune fille, comme si les étoiles possédaient un baume secret pour panser les blessures et les appréhensions de la rouquine. C’est ce qui lui avait manqué le plus pendant son délire assoiffé, de ne pouvoir supporter la lueur des étoiles. Maintenant que leur éclat avait retrouvé cette chaleur, elle s’en nourrissait intensément.
    Enfilant une chemise blanche et un jean noir, la jeune fille prit soin de mettre dans son sac son Desert Eagle, au cas où elle rencontra un vampire, et mit religieusement autour de son cou le pendentif de Darwell. Un chignon relâché lui servit de coiffure, elle n’avait pas l’envie suffisante pour exécuter quelque chose de compliqué, et personne à voir.

    Se jetant dans les rues sombres comme une aventurière qui redécouvrirait le monde, elle envoya un large sourire aux étoiles. La jeune fille n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire, juste marcher pouvait l’emplir de bonheur en cet instant. Gratifiant un passant d’un large sourire et s’attirant pour la peine un regard interloqué, Juliet rigola intérieurement, continuant son chemin.
    Pour simple vérification, elle regarda la liste qu’elle était allée chercher il y a une semaine à la Guilde. Tous les noms étaient barrés, accompagné d’un lieu et d’une heure. Elle pouvait toujours passer chez les Hunters pour prendre une autre liste, déposant celle-là par la même occasion.


    D’un pas décidé, elle alla donc vers le QG des Hunters, celui qui était situé en ville. Une simple maison qui de loin, ressemblait plus à un petit bâtiment comme une habitation de personne aisée. Ce n’était évidemment pas le grand QG, il était situé assez loin de la ville, bien trop loin pour ce soir. De toute façon quelques listes y trainaient toujours, et l’avantage était que les vampires à chasser se situaient souvent dans les alentours.
    En entrant, elle s’annonça à la secrétaire et déposa sa liste. Elles se connaissaient bien, depuis le temps. La rouquine ne justifia pas le temps qu’elle avait pu mettre à ramener la liste entière. Il aurait très bien pu s’agir d’un contre temps pour trouver un des vampires, cette liste n’étant pas très fournie en indication. Evidemment, elle l’avait fini en moins d’une semaine, mais si elle donnait ce détail, elle aurait dû dire pourquoi elle avait mis autant de temps à venir en chercher une autre. Et Juliet n’aimait pas mentir.

    Récupérant la prochaine liste, elle poussa un petit soupir de soulagement. Pas de travail de plusieurs heures dans les archives cette fois ci, les noms étaient clairs, avec quelques informations précises. Comme un petit cadeau de retour dans le monde des gens sains d’esprits. Revenant dans les rues, la jeune fille déambula quelques minutes encore, ne souhaitant pas commencer ce soir ce labeur sale.
    Sans savoir vraiment comment, elle arriva sur la place centrale du village. Il devait être deux heures du matin bien passé, et il n’y avait pas un chat. Mise à part peut-être, à l’ombre nocturne d’un arbre, une silhouette familière. Juliet frissonna, son ventre se tordant. Elle le reconnaissait, évidemment. C’est ce Vampire qui avait précipité sa chute il y a une semaine, en commettant une erreur funeste. Pouvait-elle le détester pour cela ? Certainement pas.

    Restant plantée en plein milieu de la place, incapable de faire un pas de plus, elle fixa le jeune vampire, sachant pertinemment que cette attitude était plutôt surprenante voir dérangeante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noctis Vincent Dehnoe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 03/04/2011

En savoir plus ?
Orientation sexuelle:
Liens et Affinitées ::
Infos additionnelles:

MessageSujet: Re: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   Mar 10 Jan - 3:02

Je me penchai sur le corps blanchit de Pandora. Cette douceur après avoir plongé dans un monde froid plein de violence me faisait un bien fou, même si elle n’était une piteuse copie, réel ou de mon esprit. La douleur et la cruauté qui vivait en moi était si différente de celle d’antan … Elle semblait tellement fade, semblable au restes d’un espoir perdu des siècles plus tôt. Contre toute attente, ma dulcinée disparue dans une fumée blanche qui se dispersa autour de mes doigts, que je tentai vainement de récupérer pour la rematérialisé. Pour ce soir, je m’étais très certainement assez torturé l’esprit, mais pourquoi avais-je laissé échapper ma machination ?

Je me détournai un instant de la brume écarlate pour voir une silhouette presque connu mais amoindrie ou amaigri … La jeune fille aux cheveux flamboyant ? Pas de doute. C’était la seule femme que j’avais vu depuis un certain temps et auquel j’avais détaillé les traits, notamment parce qu’elle m’avait révulsé en tant qu’être vivant… C’est vrai, elle n’est qu’une simple hybride, après tout… J’en revenais toujours pas qu’elle est pu arriver à maturité malgré son statut. Quelle vie avait-elle vécu ? Quel genre d’humain ou de vampire peuvent laisser une vie aussi improbable pousser dans un foyer ? Dans une famille humaine, elle aurait absorbé les nutriments d’un humus sur lequel les racines familial formaient des tunnels difformes, dans une famille vampire, elle aurait était cette fleure ragoutante et à l’odeur fétide qui aurait caché tout l’intérêt de la plante et de ces tiges … Et dans une famille … D’humain et de vampire ?

Crispation, énervement, agacement, effervescence. Le fruit d’une passion impossible à faire pousser… Comment ne pas imaginer le ventre rond de Pandora en cet instant ? Qu’aurait donné l’enfant ? Aurait-il était pleinement vampire, ou serait-il lui aussi un hybride insupportable à la vu ? Ce n’était très certainement pas le moment d’imaginer de pareille chose, mais la vu de cette femme remontait des choses bien étranges dans mon esprit… Avoir désiré une humaine était assez étrange comme ça. Sans qu’on sache comment, la famille Dehnoe n’était que de simple level B, à croire qu’un ancêtre, pourtant porteur des coutumes, n’avait pas suivit la loi des Dehnoe, et s’était allé au sang des humains. L’avantage était que ses petits enfants pouvaient s’adonner à cœur joie dans la barbarie et la dévoration pure et simple de tout ce qui était humain. Mais l’association avec l’une d’elle…

Pourtant, Pandora était humaine. Ses gènes était humain, même si l’altération de mon sang la rendait vampire durant quelques heures, elle avait ce fond qui ne pouvait partir que si elle rencontrait un level A. Cette princesse était malsaine aux yeux de père, qui avait essayé de la tuer cette sombre nuit ou la perpétuelle histoire des aïeux Dehone se répéta ; tuer son père pour arriver au trône… Par dépit, et seul solution qui me vint à l’esprit, je fis boire à Pandora une parti de mon sang, qui devint alors vampire quelques heures, plus exactement trois jours. Je ne sais toujours pas si c’est le pouvoir de mon sang, ou si c’est parce que mon père s’était bien abreuvé dans son cou et qu’elle partageait dans son corps une grande quantité de sang de vampire, mais elle devenait l’une de nos meilleurs représentante pendants quelques heures. Il n’a jamais été rapporté d'histoires d'une transformation similaire dans les livres ancestraux, alors j’en avais facilement déduit que cela provenait de mon sang mais … Elle n’avait rien d’une hybride pour autant. Elle était soit humaine, soit vampire, jamais elle n’a été un mélange des deux comme cette ombre au fond de la rue qui ne bougeait pas.

J’hésitais un instant. Bien qu’il n’était pas de son ressors de comprendre pourquoi j’avais autant de bestialité envers elle alors qu’on était que de simple inconnu l’un de l’autre, j’avais une profonde envie de lui faire avaler ses propres viscères après avoir soigneusement découpé la membrane de son ventre pour qu’elle soit encore suffisamment consciente afin qu'elle réaliser ce qu’il est possible de lui faire faire, mais quelque chose d’aussi délicat n’était pas de mon accoutumance. J’étais plutôt du genre à engendrer des mort violente, rapide ou non, mais qui reste des sortes de petit massacre ampli d’une beauté morbide. Du sang devait dessiner les pavé noir de pollution des petite route, déjà pour teinté le fond du tableau d’une magnifique couleur pourpre. Ensuite, un membre ou deux devait n’être que détacher partiellement, toujours raccrocher à l’assemblage d’origine, pour donner un aspect particulier à l’œuvre, comme semi déraciner, tout en était possible de voir le mécanisme complexes des organes fragile d’un humanoïde. Mais ce qui était le mieux, c’est de mettre en jeux ces atouts de vampire, autrement dis, ces dents. Il y avait toujours deux manières de s’en servir ; soit on touche une artère, et l’on peut facilement se prendre une douche de sang tellement cela gicle en nué rouge, soit on touche une veine, et il y a le plaisir de la mort lente et des complaintes si les canines n’ont pas mordu tout à fait au bon endroit… Mais ça doit avant tout rester un jeu. Et qui a-t-il de meilleur dans un jeu ? D’avoir des partenaires, ou au moins des rivales de taille… Ah, Pandora, Pandora. J’ai de mot rien que pour toi, et mes pensées te rejoindront toujours. Alors à quoi me serait-il bien utile de tuer un simple hybride ? Elle n’a logiquement pas de pouvoir non ? Enfin … Un sourire sauvage se dessina discrètement sur mes lèvres. C’est vrai quoi. Un simple mélange n’a rien pour lui. Quoiqu’il en soit, elle ne représente pas une menace digne de ce nom pour que je m’en soucis. Les hybrides dansent quand l’héritier Dehnoe est au plus mal, seul et solitaire sur son échiquier sans reine…

Pas de trippe au menu aujourd’hui. Les poches et les cernes sous mes yeux n’auront pas raison de mes dents. Et mon visage lisse et propre de cette nuit n’avait pour but que de plaire à Pandora : aucun plaisir de la chaire ne va être permis. Cette rouquine avait perdu beaucoup de poids à voir sa chemise volante et son jean légèrement tombant, à moins que se ne soit pas exprès ? Pandora ne se serait jamais déguisé comme un homme, alors finalement, je n’y connaissais peut-être rien. Mais certainement que ces joues creuse et ses pommettes légèrement trop saillante ne mentait pas sur sa perte incontestable de masse. Bien que se ne soit pas mon problème, je ne compris pas pourquoi elle avait maigri alors que je lui avais fournis à manger il y a quelques jours. Elle n’avait d’ailleurs rien à voir. Les cheveux semi-attacher en une sorte de coiffure décharner, les habits en place, un sac comme si elle se promenait gentiment en ville …

Je la regardais dans ses yeux de jade, accentuant mon sourire glacial. Alors, on joue les êtres vivants normaux ? C’est d’un pathétisme …. En tout cas, j’étais une nouvelle fois heureux que ma prestance l’avait tout de même refroidit : à contrario de sa tenu qui se voulait non pas provocante ou voyante, mais simplement d’un retour à la vie, elle ne bougeait pas d’un poil face à moi et elle avait une attitude comme si elle avait été figé sur place. Eh bien eh bien, ce n’est certainement pas très joli à voir à l’intérieur de son crâne. Comme amuser, je lui adressai un murmure une fois à sa hauteur :

« Même les papillons de nuit aussi insignifiant aiment pavaner leurs plus beau apparat quand la lune veulent bien les éclairer ? »

Je ne sais pas vraiment à quoi ça m’avançait de lui parler ainsi, mais cela restait tout de même amusant, aussi hybride soit-elle. Je m’avançais sans lui prêté plus d’attention, le dos tourner à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet Watanabe
Bibliothécaire && Hunter ♣
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 14/06/2011
Age : 23

En savoir plus ?
Orientation sexuelle: Hétérosexuel
Liens et Affinitées ::
Infos additionnelles:

MessageSujet: Re: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   Mar 17 Jan - 16:31

Il l’avait vue, sans aucun doute, et le sourire glacial et sadique qu’il lui lança la révulsa. C’était trop tard, pour repartir gentiment chez elle en préparant le dîner, comme une petite bibliothécaire d’une tranquille Académie de province. Juliet était devenue comme tous ces tas d’immondices qu’elle s’évertuait à chasser. Tous ces vampires autrefois humains, autrefois bons et doux. Quel être était assez abject pour les transformer en un tas croulant d’os et d’envie ? Ces Vampires au sang pur qui se croyait tout permit sous prétexte que leur rire écarlate dévoilait une dentition plus longue. Ils étaient tous aussi détestables les uns que les autres, à précipiter les gens bons dans les enfers, et à en ressortir en plus la tête haute.
On remerciait les Hunters qui tuaient les Vampires décadents, ceux qui chutaient vers les ténèbres en semant malgré eux la mort et la terreur. Mais pourquoi personne ne voulaient regarder en face les véritables coupables ? Ceux qui devraient être mit à mort sans plus attendre.

Le Responsable de la chute de Juliet, de son accolade avec les abysses, était planté devant elle comme s’il s’attendait à ce qu’elle passe son chemin en s’écrasant. Mauvaise idée. Elle avait son Katana sous sa chemise, et son pistolet sur le bassin. De quoi faire passer un sale quart d’heure à un vampire dans son genre. Se croyait-il fort ? Il n’était sans aucun doute. Un vampire Aristocratique, hautain et sarcastique, élevé pour se battre et pour régner. De vrais instincts bestiaux. Mais elle avait en cet instant quelque chose qu’il ne pourrait jamais égaler. Une rage de vivre et de dresser fièrement la tête. La rouquine voulait vivre, sans se retourner constamment vers le passé en pleurnichant. Mais il restait un élément en travers de sa gorge qui dorénavant crierait de soif toute la journée.

Marchant d’un pas bestial vers lui, elle le dévisagea sans aucune gêne, sachant très bien la haine que le regard humain et vampire de la jeune fille causait chez lui. Juliet n’était qu’à quelque centimètre de lui, envoyant sa chaleur typiquement humaine, sublimée par la colère, en plein dans le corps du Vampire. Sa main gracile se faufila dans son dos décharné et amaigri, saisissant son propre Katana et le dégainant dans un bruit métallique et lugubre. Elle était à peu près certaine qu’elle ne pourrait pas le tuer. Mais qui sait ? Sans cette juste vengeance, la jeune fille ne pourrait pas vivre sereinement. Reculant d’un pas, elle mit l’Arme Anti-Vampire sous la gorge saillante de son nouvel ennemi. La lame enchantée frétilla au contact d’une peau bien connue.
La rouquine eut un sourire pour son arme. Ce soir ma jolie, tu auras du sang de choix, pas un de ces dégénérés fétide et de bas rang, mais une ordure de premier choix, oui.

« Certains Papillons sont légèrement plus dangereux qu’il n’y croirait. Tu m’as assuré une mort lente et douloureuse, avec tes sarcasmes et ta fausse aide. Je ne te laisserais pas en paix après ça, jamais. »

Etait-ce une promesse de mort ? Oui certainement. Elle refusait de vivre tant qu’il serait sur cette terre. Sceller en son cœur un pacte d’ennemi, pour être sure de déployer toute la force de sa haine au moment venu, était la seule chose à faire. Mise à part le père de Darwell. Même sa prostituée de mère, même ses parents adoptifs, même l’ex fiancée de son cher et tendre. Jamais elle ne les avait autant hait que celui qui se dressait face à elle en cet instant. Jouant légèrement de sa lame sur le gorge du Vampire, elle eut un sourire carnassier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noctis Vincent Dehnoe

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 03/04/2011

En savoir plus ?
Orientation sexuelle:
Liens et Affinitées ::
Infos additionnelles:

MessageSujet: Re: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   Mer 11 Avr - 2:35

[Quoi, c’est tard ? Oui bah … Bah j’ai vraiment du temps pour moi là, j’en profite, ça va pas arriver avant perpète >< et puis c'est pas beau et plein de fautes 8D]

Mauvaise idée. A se laisser couler dans la colère simpliste, les mouvements deviennent irréfléchi, imprudent et c’est exactement ce que je venais de faire. Les mots plein de sarcasmes était sortie de ma gorge alors que la section, certes amoindrie, de la diplomatie en moi songeait que c’était un mauvais plan, et pour une fois, je pouvais qu’admettre que la tempérance aurait été préférable en cet instant. Son regard émeraude aurait dû me mettre sur la piste. Même pour une semi-vampire, la haine qui dégageait de ses yeux était plus que perceptible, et violente. Pour une fois, je me sentais presque porche d’elle, et l’idée ne me révulsa pas comme à sa coutume. L’animosité. Ce moteur, cette essence à la plupart de mes actes. Cette rage dans ses yeux … J’en étais presque à me dire que je ne mérite pas un tel excès de fureur…..

Je sentis le métal d’une arme blanche se planter sous mon cou, et bien vite, une démangeaison agaçante, suivit d’une brûlure s’étala dans ma nuque. J’en avais jamais vu jusqu’alors, et donc jamais ressenti, mais je su d’instinct qu’il s’agissait d’une arme anti-vampire. D’où cette rouquine en possédait une ? Il n’y avait que des hunters pour avoir ce type d’objet, et il n’y avait qu’après être admit dans leurs rangs qu’ils en remettaient une à leurs sujets chevronné à la hantise vampirique, comme si ce n’était pas déjà suffisamment dangereux de mettre ce genre d’arme aux mains d’un incompétent … Je m’étais pas rasé ma barbe naissante pour qu’une hybride vienne me tailler le visage, non mais ! Mon premier réflexe fut de dégager suffisamment mon cou de seulement quelques centimètres, pour ne plus subir ces sortes d’attaques électriques, mais j’évitai soigneusement de reculer d’avantage. Je n’étais pas en état pour attaquer, mon ventre clamait famine, mes canines était relativement acérés, et cette faim rongeuse était accompagner d’un manque cruel de m’investir, surtout sans arme. Je me contentai de lui adresser un regard plein de mépris, qui devait bien valoir le sien.

Je crispai ma mâchoire, au point de laisser entrevoir mes canines à mon assaillante. Je m’étais trompé sur toute la ligne, et elle me le confirma dans un sourire des plus narquois. Elle n’avait rien de la fragile hybride que j’avais entraperçu il y a quelques jours ; son statut était le même, mais il se révélait à moi. J’aurais très certainement pu le deviner par moi-même avant qu’elle ne sorte son arme, mais elle était bel et bien une hunter. Je n’avais pas conscience que certains gènes vampiriques travaillaient pour ces bourreaux, de quoi me rassurer sur la maladresse que j’avais étalée durant notre première rencontre, en la prenant pour une simple petite vampire. Cela m’énerva encore plus. Voir ses yeux verts se supplanté devant les miens, fière, et presque radieux sous la lumière de la lune…. Ses paroles semblaient s’envoler presque immédiatement de mon esprit, tellement l’agacement rongeait mes songes. J’aurai aimé comprendre pourquoi je lui attisais autant de mépris, à mes yeux, je n’avais fais que l’aider, et seulement parce que j’en avais pas le choix. Evidemment que je l’aurai tué dans d’autre circonstance … Pourquoi donc ne s’en contentait-elle pas ? Une pseudo aide ? Non, il l’avait vraiment aidé, comme elle aurait fait sans nourriture, hein ?!
La colère et la faim me tiraillait, et rapidement, mes pupilles se voilèrent de leur rideau rouge, laissant entrevoir à la jeune rouquine la violence qui s’éveillait peu à peu en moi. S’en était trop, que cherchait-elle à la fin ?! Je s’entais la lame de l’arme venir fleureter une nouvelle fois contre mon cou, ce qui fini par déclencher mon envie de meurtre. Gorge déployer, j’éclatai de rire, sans me dégager cette fois de son Katana, lui laissant aller à son envie de l’égorger, mais rapidement, le lui répondit malicieusement

« Alors, c’est ça, cette rage de ceux qui n’ont rien à perdre dont tu m’as tant chanter les louanges ? »

Je n’étais pas fou pour autant, et le me recula cette fois en posant un de mes pieds en arrière et en rendant mon statut instable pour un moment, mais comme pour la provoquer, et malgré la douleur, j’empoignai sauvagement la lame de ma main, et positionna son extrémité dans ma nuque, juste au dessous de ma mâchoire :

« J’aimerais bien voir ce que dis une organisation aussi étrécie et claustral que celle des hunters si tu abroge le prince d’une grande dynastie. Tes petits compères vont s’en broyer les doigts, déjà que votre petite QG à du mal à faire ses preuves vis-à-vis des Level A … »

Je parlais trop. C’était rare, mais c’était le cas en cet instant ; je lui avais révélé que je n’étais pas un level A, et que j’étais un possesseur de trône. Cela serait étonnant que beaucoup de vampire non level A obtiennent des terres, mis à part s’ils obtiennent la reconnaissance des sang-pur, ce qui s’établis peu de fois dans l’histoire … Pourtant, je ne laissai pas sa phrase en suspend, et la continua :

« Ils feront de vous leur petits patins, leur petit level E à leur bote ! Cela serait effroyablement cocasse, je me demande en quoi se transforme une petite hybride lorsqu’elle est croqué, pas toi ?! »

Je la sentais, celle colère qui animait mes combat d’entant, elle montait en moi, et plus forte que l’arme anti-vampire qui m’ankylosait le bras dans une puissance terriblement brulante, elle voulait s’évader et se répandre dans ce corps tout maigrichon qui osait se mettre en travers de mon chemin. J’arrachai soudainement son bras resté ballottant le long de son corps pour l’entrainer plus près, presque contre moi. Il y a avait une boursouflure. Infime, mais elle perceptible en glissant doucement mes doigts sur son poignet. Je forçai mon poing sur son poignet tout maigrichon, comme si j’allais l’arracher de son avant bras et repris en l’entrainant vers ma bouche ;

« En plus de cela, notre cher damoiselle hybride sert des petites beuveries chaudes ? Tu n’en fournirais pas à un roi famélique, pour déjouer le sort funeste d’un humain ? »

Je glissais mes lèvres doucement sur son poignet, pour sentir le sang parcourir ses veines doucement. C’était bon. Tellement bon de sentir ce sang chaud sillonner ses veines délicates. De sentir cette peau douce et féminine glisser sur sa bouche, cette odeur de femme qui enivre l’esprit mêlé à cette odeur ferreuse qui étourdirait n’importe quel vampire … Hybride ou pas … Faim ou pas … Abstenu ou pas … L’ivresse était de mise. Je lui léchai timidement la finie parcelle qui me fermait son essence et repris

« Je sais que tu ne t’offriras pas à moi … Cela me rendrait presque envieux à la personne chanceuse qui à croquer dans ton poignet … Il ne faudrait pas mieux que tu te donne à ton ennemis, pour l’avoir encore plus proche de ton sein ?»

Que dirai le fantôme de Pandora s’il trainait par là ? De toute évidence, il n’était pas là, sinon, cette scène l’aurait mis hors de ses gonds ; et c’est cela qui me faisait penser qu’il ne s’agissait que d’une fabulation de mon esprit. Elle venait et disparaissait comme je le voulais, et ne s’imposait pas à moi. Elle ne me contredisait que quand je connaissais déjà sa réaction envers quelque chose. Et elle prenait des mimiques et des paroles à moi alors qu’elle ne montrait pas autant notre complicité auparavant. Tout était cérébral ; un aveugle comme un sourd ne manquait rien à notre relation. Manquait, oui. Ce n’était que du passé…

Doucement, je lâchai la lame que je retenu jusqu’alors, et calma ma colère en relâchant mon étreinte sur sa svelte et petite main. Ma main qui était sous l'emprise électrique de la lame anti-vampire était engourdit et saignait légèrement ; l'effet se dissipera très certainement pas avant que je m'abreuve de sang ...Mon regard restait teinté de sang, mais mon esprit avait repris le dessus de façon calme et docile après ces pensées, même si la faim était toujours au rendez vous. Faiblement, je détournai mes yeux d’elle et repris d’une voix plus douce et moins arrogante, un timbre que la rouquine n’avait certainement jamais entendu :

« Restons en là … »

J’étais honteux, et je m’en voulais de mettre adonner à de telles remarques et de tel geste envers une inconnue que je méprisais autant. Je me doutais qu’elle ne voulait en rester là de son coté, elle m’avait tout de même promis la mort, ce que j’avais fais également, mais c’était une façon plus maladroite qu’elle. Alors qu’elle était habiter d’une véritable haine à mon égare, j’étais juste révulser de sa nature, et à croire ma faim, cela peu changer aussi subitement que mes crocs ne sont pas rassasié …

C’était vraiment sale, et non conventionnel pour un Dehnoe … Moi qui était tant à cheval sur les traditions … Je restai malgré ma déchéance sur mes gardes ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Plonge dans les ténèbres doucement mais sûrement ... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Quand on plonge dans la folie ... [PV Launysk]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Marche dans les ténèbres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight Rpg v2 :: La ville :: Centre ville :: Place centrale-